Galerie

Concours #Renards

Ce week-end, j’ai eu le plaisir de participer au grand colloque sur le renard organisé par l’ASPAS et le collectif Renard Grand Est. Sur place, j’ai pu assister à de passionnantes conférences de scientifiques, d’agriculteurs, de juristes, de biologistes de l’ONCFS, et de témoins de pays voisins dans lesquels la chasse aux renards a été interdite. Mais j’ai aussi pu échanger avec de grands photographes animaliers (Franco Limosani, Adrien Favre…). Et puis, j’ai eu l’insigne honneur de dédicacer une version papier de ma BD Fantastique Renard aux côtés du célèbre Marc Giraud.

Quelques photos de l’événement…

Lors de ce colloque, 5 motions à adopter d’urgence ont été proposées : pour une approche plus intelligente, plus saine et plus économique de notre biodiversité. Si Nicolas Hulot, notre nouveau ministre de la transition écologique et solidaire, souhaite marquer le début de son action gouvernementale par un positionnement clair et cohérent sur la biodiversité, il serait judicieux pour lui de se pencher très sérieusement sur ces 5 motions que voici :

1 – Déclasser le renard de la liste des espèces dites « nuisibles »
Entre 90 à 96 départements classent chaque année le renard sur la liste noire des espèces dites « nuisibles », autorisant son piégeage, son déterrage et son tir toute l’année, sans autre justification que le loisir d’une minorité des citoyens. Au Luxembourg comme dans le Canton de Genève, la chasse au renard est interdite et tout se passe bien.

2 – Arrêter sa chasse en dehors des périodes légales
Par principe, la chasse à tir est ouverte de septembre à fin février, et la chasse en temps de neige est interdite. Mais les préfets peuvent déroger  à ces principes et ne s’en privent pas… Pour la saison de chasse 2016-2017 notamment, 93 préfets ont autorisé la chasse à tir du renard dès le 1er juin, soit pendant 9 mois. En France, l’exception est en fait la règle dans l’écrasante majorité des départements…

3 – Abolir la vénerie sous terre
La vénerie sous terre est un mode de chasse brutal consistant à traquer l’animal visé, renard et blaireau en grande majorité, dans son terrier. Les chiens, envoyés dans les galeries, aboient lorsque l’animal est acculé, ce qui permet aux « veneurs » de localiser ce dernier et d’excaver le terrier pour en extraire l’habitant à l’aide de pinces métalliques géantes. Ce mode de chasse moyenâgeux n’existe plus en Europe en dehors de la France. Les connaissances relatives à la souffrance animale et l’éthique nous obligent à reconsidérer nos modes de chasse antédiluviens, et en premier lieu la vénerie sous terre.

4 – Interdire et réprimer la pratique des primes à la queue
La rage a disparu de France métropolitaine en 1998, mais la pratique des primes à la queue de renard est restée ancrée dans nos territoires. Ces mesures destructrices ne sont plus justifiées au regard des connaissances scientifiques actuelles et sont plus qu’un commerce sans éthique. Aussi, il est urgent que cette pratique soit interdite et réprimée pénalement.

5 – Interdire l’utilisation de la bromadiolone
L’utilisation de la bromadiolone, puissant anti-coagulant, est encore autorisée aujourd’hui pour lutter contre les pullulations de micromammifères ravageurs des récoltes. Cette lutte chimique présente des conséquences néfastes pour l’environnement, et notamment pour les prédateurs naturels des rongeurs qui s’intoxiquent à leur tour (renard mais aussi rapaces). Tout recours à la bromadiolone et à toute forme de lutte chimique pour pallier le problème lié aux micromammifères doit être prohibé. Les rapaces, les belettes et les renards sont là, ils régulent les rongeurs gratuitement et sans polluer.


Ces mesures semblent très simples, mais ne sont pourtant pas encore à l’ordre du jour du nouveau ministère. Et si on faisait entendre notre voix pour que cela arrive ? Voici ce que je vous propose :

Vous tweetez l’article de l’ASPAS au nouveau ministre @N_Hulot avec le hashtag #Renards. Dans une semaine, je tirerai au sort 5 tweets répondant à ces critères (lien vers l’article, mention de @N_Hulot, #Renards), et j’enverrai à leurs auteurs une BD dédicacée (ils pourront choisir le dessin). Exemple de tweet :

Pour résumer : 1 tweet = 1 chance de gagner une BD dédicacée = surtout 1 chance de sauver nos renards.

À nous d’être suffisamment audibles pour nous faire entendre. On doit pouvoir changer les choses tous ensemble. Les renards comptent sur nous !

Rendez-vous jeudi 25 mai pour le tirage au sort des 5 gagnants.

L’article de l’ASPAS
Ma BD : Fantastique Renard


Mise à jour du 26/05/17

Et les gagnants sont :
@CollectifLe
@Mikachu987
@AntigoneXXI
@Madame_Carotte
@Val_Do

Les dédicaces seront envoyées très bientôt ! Merci de votre patience.

Encore un grand merci à la trentaine de participants, vous êtes au top !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s